VENEZ JOUER A LA STAR AU STUDIO PHOTO VINTAGE !

Photo de nu - Studio Photo Vintage : photographe professionnelle Paris

By

Nov 11, 2016 photographe nu 0 Comments

Comment réussir vos photos de Nu ? Comme ceci…

POUR RÉUSSIR UNE PHOTO DE NU, COMMENCEZ PAR LE DÉBUT

Si Nu, thème artistique remonte à l’époque des calendes grecques et à ses sculptures tirées des blocs de marbre blanc de Carrare et domine, bien plus tard, la Renaissance, en photographie le genre ne s’impose pas tout de suite comme un art mais plutôt comme un élément au service de l’art majeur : la peinture. Les peintres prennent des clichés pour poursuivre leur travail une fois leur modèle parti. « Ce n’est que vers le début du XX° siècle », explique le photographe Philippe Bricart, l’auteur de Les Secrets de la photo de Nu aux éditions Eyrolles, « que l’on voit apparaître un premier courant souvent orientaliste (la photographie posée de femmes du Maghreb, prises par des photographes occidentaux dans un mélange artistique et ethnographique). »

Le Nu s’imaginera petit à petit dans l’intimité, souvent clandestinement, et ce dès les prémices de la photographie. Il faudra attendre l’Entre-deux-guerres pour que le genre prenne véritablement ses lettres de noblesses artistiques, grâce à l’œil des photographes Edward Weston ou de l’illustre Man Ray.

 

Nu photographique

© Philippe Bricart, éditions Eyrolles.

Comme pour chaque technique, le matériel est primordial. La première difficulté, pour les débutants, est donc de le choisir judicieusement. Pour bien démarrer, un boîtier numérique reflex de type APS-C de la dernière génération chez Canon ou Nikon semble être le meilleur rapport qualité/prix. Le tout devra être couplé avec un zoom. Généralement, un objectif de 50 mm, ou les focales qui s’en approchent, sont quasi-indispensables pour réaliser de bons clichés de nudité.« À force de pratique, il faut repérer les focales que l’on utilise le plus sur son zoom et ainsi acheter des focales fixes correspondantes » stipule Philippe Bricart.

Comment réussir ses photos de Nu artistique

© Philippe Bricart, éditions Eyrolles.

La lumière idéale ? Un ciel clair recouvert d’une fine couche de nuages blancs.

Le jeu photographique n’est souvent qu’une simple question d’éclairage. Un paramètre primordial qui prend une dimension remarquable dans la photo de nu. Pour un débutant, la lumière du jour, en extérieur, est souvent la plus facile à maîtriser.« L’idéal étant un ciel clair recouvert d’une fine couche de nuages blanc, permettant un joli contraste ni trop faible ni trop violent. En cas de ciel clair et de soleil au zénith, les contrastes seront violents et il faudra s’orienter plutôt vers un développement en noir et blanc », conseille le photographe.

En intérieur, tout se complique. Le manque de lumière est souvent omniprésent et le photographe devra alors créer son propre univers. Sans trop se compliquer la tâche, l’idéal est d’utiliser une lumière unique, à coupler avec un réflecteur pour diminuer le contraste. « Ce n’est pas cher, c’est facile à utiliser, et cela fait une belle lumière douce. Le seul défaut ? Il faut ensuite retravailler la couleur au développement. Mais ce n’est pas grave : le Nu aime la couleur dé-saturée, le noir et blanc, les monochromes ou les bichromes, bref, qui ne cherchent pas un rendu exact de la couleur du sujet, contrairement par exemple au travail réalisé dans l’optique d’un catalogue de vêtements, pour lequel cette lumière ne serait pas appropriée ».

Comment réussir sa photo de Nu

© Philippe Bricart, éditions Eyrolles.

DÉSHABILLER LES CLICHÉS

Doit-on tout montrer ? Chacun a sa propre réponse à la question. L’enjeu de cet art consiste donc non pas à faire fi de la pudeur du modèle, mais à travailler en fonction des désirs et limites de votre sujet, toujours différents, toujours renouvelés pour chaque modèle. Lancer une séance par des portraits n’est pas la meilleure façon de mettre à l’aise votre sujet, qui —normalement !— sait très bien pourquoi il/elle est là. Inutile de reculer pour mieux sauter…

« Après une vingtaine d’années de pratique, je pense pouvoir affirmer que les jeunes filles et les femmes, en tout cas celles qui acceptent de poser, le font avec beaucoup de plaisir », affirme Philippe Bricart (Et nous confirmons ! ndlr). « Même quand elles se sont montrées hésitantes au départ, elles trouvent toujours que, finalement, c’était bien plus facile que ce qu’elles s’imaginaient. À dire vrai, elles ne craignent que deux choses : le fait d’avoir accepté de poser nue puisse laisser penser au photographe qu’elles accepteront de coucher avec lui et que le photographe fasse un mauvais usage des clichés. Surtout de certains, trop osés à leur goût et qui, pris subrepticement, pourraient se retrouver sur Internet à la vue de tous et particulièrement de leurs proches », reconnaît-il.

Le Nu artistique et ses recettes

© Philippe Bricart, éditions Eyrolles.

Tout le jeu consiste donc à se conduire en véritable gentleman de l’image de manière à ôter de l’esprit ces deux gros doutes. Il est essentiel de garder ses distances, d’expliquer tout au long du shooting ce que l’on fait, de montrer les images et, surtout, ne jamais pousser un modèle au-delà de ce qu’il veut faire. « La frontière entre la vulgarité, le respect de la personne et le puritanisme religieux ou tout simplement hypocrite est un chemin étroit, un vrai combat pour la liberté, terriblement actuel, dans lequel le photographe de Nu artistique est toujours au front », renchérit l’auteur.

Photo de nu : une photographe professionnelle réalise votre photo de nu au Studio Photo Vintage.

Photo de nu

L’araignée